Forum des jeunes écrivains

Aujourd'hui, le forum existe depuis 3710 jours. Nous sommes 907 jeunes plumes inscrites. Rejoins nous vite ! ♦
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesGalerieS'enregistrerConnexionCalendrier
Meilleurs posteurs
Rose Potter
 
blackcarotte
 
Shadow
 
Ali
 
Venquere
 
Chackley
 
Lilo
 
Ignus 2.0
 
mikl_summerville
 
Line
 
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Elfride
 
Gueit
 
Endelf
 
Jarred
 
Partenaires
forum des plumes éthérées.

Partagez | 
 

 Critique de "Le roi des loirs"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jarred
Plume Dorée
Plume Dorée
avatar

Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 1145
Age : 5
Localisation : Je sais pas trop en fait... quelqu'un pourrait venir me chercher ?
Emploi/loisirs : Faire des trucs
Humeur : Je suis né après ma date d'inscription
Date d'inscription : 10/09/2011

MessageSujet: Critique de "Le roi des loirs"   Lun 9 Jan - 21:40

Et voici, messieurs, mesdames, mon écrit le plus récent et ma nouvelle pièce. A consommer sans modération  What a Face

Ne soyez pas surpris de retrouver des poèmes dans la pièce déjà postés ici, j'avais déjà l'idée de les inclure de cette oeuvre ci au moment où je me suis remis à la poésie. 

Bonne lecture les p'tits amis
Revenir en haut Aller en bas
Elfride
Plume Confirmée
Plume Confirmée
avatar

Masculin
Bélier Dragon
Nombre de messages : 462
Age : 17
Localisation : Dans l'océan de la planète Y
Emploi/loisirs : Porter des fringues trop grandes
Humeur : Câline
Date d'inscription : 14/08/2015

MessageSujet: Re: Critique de "Le roi des loirs"   Ven 3 Mar - 23:13

Hello !
Bon, ça fait super longtemps que je voulais rédiger cette critique, mais comme ma vie est à peu près aussi bien organisée qu'un nanar japonais, je n'en ai jamais trouvé le temps. Enfin, jusqu'à ce soir !

Comme toujours, je vais commencer par relever les fautes :

Citation :
Dionne s’assoit sur une pile de livre. Marit se rassoit à son bureau également.
livres

Citation :
DIONNE - Tu peux rester détacher de tout si tu veux, il se passe des choses à l’extérieur de ton petit monde qui nécessite ton attention.
=> détaché

Citation :
DIONNE - Ce n’est pas de la manipulation Marit ! Il s’agit de... de... eh bien de politique ! De l’avenir du royaume et cela sera directement décidé par qui sera élu. Tu es souvent assez lucide sur la réalité et les grands enjeux, tu devrais pouvoir percevoir lequel des deux candidats conviendraient le mieux, et le soutenir apporterait beaucoup à la communauté.
=> conviendrait

Citation :
MARIT BOREL - Tu dis cela parce que toi même il y en a un que tu préfères, je suppose.
toi-même

Citation :
MARIT BOREL - Prétentieux. Arriviste. Et surtout, censeur. Combien de fois a t’il invoqué l’Académie pour faire condamner mes œuvres les plus audacieuses ? Je me le demande.
=> a-t-il

Citation :
MARIT BOREL - Ce serait probablement médiocre... pas nul ni même un peu mauvais, mais je pense que ce ne soit pas un grand chef d’œuvre.
=> serait ou sera plutôt

Citation :
DIONNE - Je te l’ai déjà dit Marit, ne fait pas ce genre de raisonnement, c’est stupide et contreproductif. Ecrit ce qui te tient à cœur, ce que tu veux vraiment transformer en art.
=> Écris


Citation :
MARIT BOREL - C’est vrai. Je me vois rédiger ma future préface: (avec emphase) « Mon ami Dionne m’encourageait souvent en me disant « Ecrit ce qui te tient à cœur, Marit, ce que tu veux transformer en art ! ». Tu seras comme mentor, mon frère spirituel, pour les générations à venir ! Par ces quelques conseils avisés et ces maximes pleines de passion, tu auras façonné mon âme de conteur, et je serais devenu le grand poète de son temps. Finalement, depuis le début tu étais Pygmalion et j’étais Galatée.
=>serai

Citation :
DIONNE - Hein ? Non je voterais sans doute Pétrus. Il me paraît être un meilleur choix
=> voterai

Citation :
MARIT BOREL - Pardon ? Non mais tu te fous de moi. Déjà, c’est un indéfinissable idiot - et sache que voter ouvertement pour lui fais de toi un idiot.
=> fait

Citation :
DIONNE - Ce n’est pas vraiment ce que je dirais Marit. L’affaire est complexe. Il faut que tu doives bien disposer à m’écouter patiemment cependant.
=> sois bien disposé

Citation :
MARIT BOREL - J’ai des vers et des rythmiques poétiques tambourinent au sein de mon crâne, je suis dans un état d’excitation et d’énervement relativement conséquent. Je risque surtout de m’endormir ou d’éclater de fureur.[/quote
=> qui tambourinent, ou tambourinant

Citation :
MARIT BOREL - Mais d’où est-ce que vous sortez cette information ? Je ne savais même pas que j’étais une quelconque figure de quoique ce soit.
=> quoi que ce soit

Citation :
DIONNE - Vous appréciez les gens conciliants, n’est-ce pas Vilis ? N’ayez crainte: Pétrus, après que les ardeurs soient retombés, se montrera j’en suis sûr véritablement conciliant avec l’Académie et avec quiconque aura la patience et le doigté de s’adresser diplomatiquement au roi.
=> soient retombées
Mais en fait on utilise l'indicatif derrière "après que", donc ce serait plutôt "après que les ardeurs seront retombées", même si ça semble un peu plus lourd.

Citation :
MARIT BOREL - On se demande. (silence) Alors ? Il parait que tu es candidate. C’est une étrange nouvelle que voilà. Tu as en a eu assez de jouer le sujet du roi et tu as sauté les étapes, donc. C’est finement joué, comme toujours.
=> tu en as eu

Citation :
ILYA BOREL - Je ne sais pas trop comment le prendre venant de quelqu’un qui n’ait jamais parvenu à mémoriser les règles du jeu d’échec.
=> n'est

Citation :
MARIT BOREL, presque enjoué - Ilya... tu te rends compte que ça n’a aucun sens ? Ou alors, si cela en a un, explique moi !
=> explique-moi

Citation :
ILYA BOREL - J’ai approuvé le mouvement. Mais Pétrus n’a eu besoin de personne d’autre que pour les masses ne se soulèvent d’elle-même. Quand son adversaire n’est qu’un idiot impatient qui s’agite en tous sens en brassant le vent, la meilleure tactique reste encore de ne rien faire du tout et d’attendre qu’il ne se blesse tout seul.
=> pour que
=> d'elles-mêmes
Les deux négations me semblent superflues

Citation :
MARIT BOREL, en riant - Oui c’est évident ! Cependant je vois que tu raisonnes toujours de la même manière. (un temps) Tu es un génie Ilya et je l’ai su dès mon plus jeune âge. Je crois que j’ai toujours complexé à propos de ça... le chemin de l’art s’est ouvert à moi de manière naturellement, et ce par passion, mais aussi car je ne pouvais te suivre dans les chemins que tu empruntais.
naturelle

Citation :
MARIT BOREL - Je t’évite à cause de ça. Tu sembles ambitieuse, intelligente et même dans une certaine mesure charitable mais... tout ça ce n’est qu’une parure. Je sais mieux que quiconque que tu es possédé par je ne sais quel démon de haine qui te dévore et te susurre de tout anéantir dans ton sillage. Je n’ai jamais trop eu de craintes tant que tu avais un poste qui pouvait à la fois de satisfaire et te contenir, auprès du roi. Mais depuis qu’il est mort, j’avais quelques soupçons, rien de terribles cependant. Maintenant, avec tous ces évènements, j’avoue que je commence à comprendre qu’un vieil instinct s’est éveillé.

=> possédée
=> te satisfaire
=> terrible

Citation :
ILYA BOREL - Dans ce cas, devient le roi à ma place !

=> deviens

Citation :
ILYA BOREL - A force de te plonger dans tes vapeurs d’encre, prostré derrière tes quatre murs protecteurs, tu mélanges tes délires et la réalité. Tu n’apprends que trois jours avant les élections que je suis candidate, et tu oses me mettre en garde contre moi même ! Je te donne une dernière chance de retourner à ta vie d’ermite où aucune information ne parviendra jusqu'à toi et où tu ne sauras même pas si je suis devenu reine ou non. Une dernière chance avant que je ne cède définitivement à la colère.
=> moi-même
=> devenue
Là encore, le "ne" semble de trop. ça fait comme un croche-patte en lisant

Citation :
Marit s’avance et jette un coup d’œil furtif au public. Il a les doigts plein d’encres.
=> pleins d'encre

Citation :
Quelques-uns d’entre nous, bien cachés, fantasment sur le chaos et désir répandre de par leurs ressentiments le mal tout autour d’eux.
=> désirent

Citation :
MARIT BOREL - On est déjà en après-midi. Tu as du te coucher tard en m’attendant. La manifestation doit se dérouler en ce moment même.
=> dû

Citation :
MARIT BOREL, à mi-voix - Est-ce que quelque part je cherchais à regarder de ce côté pour que mon esprit s’oriente vers le danger ? (un temps) Quoiqu’il en soit, Ilya va gagner c’est certains. Elle a une image impeccable et beaucoup d’atouts. Si la démocratie choisit, c’est elle qui sera son élue.
=> certain

Citation :
MARIT BOREL - Et c’est pour cette raison qu’elle est d’ores et déjà prête à m’abattre. Enfin... façon de parler. Lorsque la cité sera entièrement en cendre, il y a de grandes chances que je sois le dernier debout à pouvoir regarder les débris. Mh... j’écrirais un poème. Une élégie à notre chère civilisation.
=> j'écrirai

Citation :
VILIS - Nous pouvions en attendre bien moins, aux vus de vos derniers propos.
=> au vu


Citation :
VILIS - Quand bien même ! C’est votre attention alors qu’est-ce que cela peut changer !?
=> intention

Citation :
Si vous aviez eu à l’époque autant de diplomatie qu’à présent, ce différent ne se serait jamais produit j’en suis profondément certaine. Ai-je tort Vilis, mon ami ?
=> différend

Citation :
PETRUS - Vous vous êtes tous enduit la langue de miel avant de venir, je vois !
=> enduis

Citation :
ILYA BOREL - La manifestation devra prendre fin je le crains Vilis. Une telle animosité ne peut plus être tolérée à l’approche de si importants élections. Maintenant que nous sommes sûrs de connaitre les opinions définitives de Petrus et de moi-même, il faut laisser humblement le peuple choisir laquelle des deux il désir pour gouverner le cœur de son roi ou de sa reine.
=> importantes
=> désire


Citation :
VILIS - D’une inconnue ! Ilya Borel est la sœur du célèbre poète Marit Borel, un génie reconnue et une administratrice brillante pour le royaume depuis six ans déjà.
=> reconnu

Citation :
PETRUS - Il suffit vous deux. Discutez-en à l’extérieur, j’aimerais m’entretenir en privé avec Ilya avant que je ne quitte ce nid à poussière.
J'ai trouvé cette tournure un peu maladroite, quelque chose comme "avant de quitter" serait plus léger.

Citation :
ILYA BOREL - Bien vous apprenez. Il faudra courber l’échine bientôt. Quand je serais la reine des loirs, tout le monde s’aplatira comme si chacun ne faisait qu’un avec le sol sinon je devrais les raser de la surface de la terre. Je n’aime aucun de ceux qui ne se plient pas à ma volonté la plus stricte et la plus totale. Vous ne ferez pas exception évidemment.
=> serai / devrai
Au niveau des tournures, il manque une virgule dans la première phrase.

Citation :
ILYA BOREL - Vous avez mal. Vous voulez que cela s’arrête. Mais attendez, il y a pire douleur encore... la vérité: (elle chuchote à son oreille) cela ne va pas s’arrêter. Cela va continuer et ce jusqu’à votre mort. Terrifiant, hein ? Vous n’allez connaitre qu’à partir de maintenant et jusqu’à la fin de votre pathétique existence qu’une douleur abominable en constante augmentation, jusqu’à ce que vous atteignez le néant absolu. 
Une fois reine, je briserais la mascarade merdique dans laquelle toute la cité se confond, et je tyranniserais. Comment ? Je serais d’abord exemplaire. Juste et indulgente. Mais tout va se précipiter. Il faudra distiller la peur et l’inquiétude. Il y a un mot que vous aviez à la bouche tout à l’heure qui me plait beaucoup: la décadence. Mhh... oui... c’est excellent. Décadence. Ho je sens que je pourrais jouir à l’instant tant il est parfait. Je mettrais en garde le peuple des dangers de la décadence. Mes amis, en qui j’ai confiance, seront mes espions au sein de la cité, et les autres, mes lieutenants, des idiots que j’aurai flatté et à qui j’aurai donné un pouvoir qu’ils ne peuvent maîtriser sans vanité commencerons doucement un règne de terreur en m’écoutant sagement.  Ma main droite sur l’armée sera ferme, l’autre encore plus ferme sur le consulat l’écrasera petit à petit et en extraira tout le jus comme un citron pour que je puisse saisir tous les rênes du pouvoir. Il me faudra de la patience, mais c’est loin d’être la moindre de mes qualités. Et une fois que tout le monde sera à genoux... absolument tout le monde... pour que je sois enfin la seule debout... là j’incarnerais la souffrance. La foudre s'abattra avec fracas sur la cité.
=> briserai / tyranniserai / serai / incarnerai
=> flattés
=> commenceront

Citation :
ILYA BOREL - Reprenez donc vos esprits mon ami pendant que je vous raconte cette histoire. Mon frère et moi avons grandi dans la pire merde et ignorance de la cité. On était ignoré et méprisé, sans personne pour nous éduquer. J’ai pris soin de lui et je me suis construite seule. J’ai volé. Encore et encore et encore et encore. De la nourriture et des livres, majoritairement. Il fallait enrichir mon corps et mon âme, c’était le dernier conseil de mon père avant qu’il ne se suicide de désespoir de vivre dans un monde qu’il ne comprenait pas. Quel malheur que Marit ne l’ait presque pas connu, il aurait tant apprit de lui. Enfin... je suis le portrait craché de mon défunt géniteur. Je ne comprends rien au monde. Je n’entends rien à l’art, à la religion, à la raison même de l’existence de la société. Tout cela m’a toujours parut pure agitation vaine. Les loirs ne font que tourner dans une hideuse farandole en se flattant 
d’avoir inventé un royaume à leur image et tous ceux qui ne peuvent s’y adapter y sont expulser et condamnés à un exil affreux. En comprenant qu’avec cette vision des choses, je connaitrai le sort de mon père, j’ai éveillé ce que je n’aurai jamais soupçonné dans mon cœur: la soif de vivre. De la même façon, je me suis mise à avoir une ineffable peur de mourir et de disparaitre à jamais. Pourquoi devais-je me suicider pour ne pas être comme la cité voulait que je sois ? Pourquoi était-ce à moi de fuir ? Pourquoi pas eux ? Pourquoi pas vous ?!!
=> ignorés et méprisés (je suis pas totalement sûr pour le coup, normalement le pronom on est singulier mais je ne sais pas s'il faut accorder quand il renvoie à plusieurs personnes définies. Bref, à vérifier)
=> appris
=> paru
=> en sont expulsés
=> connaîtrai / aurai
=> je me suis mis

Citation :
ILYA BOREL - Etonné, hein ? Essayez donc de le prouver, d’autres biens plus malins ont essayé avant. Et échoué. Je précise au cas vous n’auriez pas saisit totalement.
=> bien
=> saisi

Citation :
ILYA BOREL, avec une joie cruelle - L’entretient se termine déjà Petrus ? J’aimais tant parler avec vous pourtant !
=> L'entretien

Citation :
MARIT BOREL - Après on avisera. Au final, si c’est la majorité qui décide et qu’elle veut coûte que coûte ma sœur pour la diriger, on ne pourra pas y faire grand-chose. C’est le problème de la démocratie mon ami. Au moins, on s’est débarrassé de son adversaire qui lui assaut une victoire facile. Avec un autre on pourra remettre les compteurs à zéro.
=> assurait, j'imagine

Citation :
DIONNE - Il ne sera pas juste éliminer de la liste ?
=> éliminé

Citation :
DIONNE - Le consulat a vite perdu la patience d’attendre Petrus ! Dès qu’il n’a pas répondu à l’appel pour les Votes Premiers, le premier consul a annoncé qu’Ilya Borel allait être intronisé !
=> intronisée

Citation :
MARIT BOREL - Vraiment ? Ne me dit pas que c’est Pétrus, je vais pleurer de rire.
=> dis

Citation :
MARIT BOREL - Alors qui ?! Ne fais pas durer le suspense. Bon sang, Dionne, réalises tu ? Notre stratégie improvisée fonctionne à merveille ! Ilya ne l’aura pas vu venir. J’en trépigne d’excitation. Il faudra libérer rapidement Pétrus quand on en aura fini.
=> réalises-tu

Citation :
DIONNE - On viendra bientôt te chercher. T’annoncer officiellement que tu as été élu pour être le roi des loirs. Tu as gagné la confiance du peuple par ton art, par ta secrète douceur et par ta philosophie. C’est toi qui te distingue du reste pour représenter la communauté !
=> distingues

Citation :
ILYA BOREL - Quand je t’ai proposé de te faire élire roi à ma place, tu n’es pas censé prendre cela au pied de la lettre. Ce n’était qu’une pure provocation.
=> tu n'étais pas censé, plutôt, non ?

Citation :
C’est une vérité avec laquelle j’ai décidé d’exister. Contrairement à père.
=> Père

Citation :
MARIT BOREL - Ecoute Ilya. (on entend les «Vive le roi des loirs» encore plus fort dehors) Il n’y a rien que je puisse ou que tu puisses dire. C’est décidé. C’est fait. Je le suis déjà. Nous avons tous les deux perdus. L’un comme l’autre avons cru comprendre le jeu. Mais c’était un mensonge. Tu ne façonneras pas le monde comme tu le désirais, accepte-le. Et moi... moi... je n’écrirais plus jamais rien.
=> écrirai

Citation :
MARIT BOREL - Ecrire pour moi c’était railler et être libre. Me moquer de la machine bien huilée conçu par la communauté, et m’en sentir détaché. Je ne peux plus rien faire de ça. Tout m’a été pris. Je ne serai bientôt plus moi-même.
=> conçue


   Voilà pour les fautes.

   Bon, est-ce que j'ai vraiment besoin de donner mon avis sur le fond ? Oui ? Bon.
   J'ai trouvé ça super, autant dans le fond que dans la forme (condensé en III actes qui vont droit au but), et comme toujours  j'aime beaucoup la façon dont tu abordes les choses. J'y vois plusieurs dichotomies qu'on retrouve souvent dans la culture (l'individu face à la communauté, le libre arbitre face au système, ou la liberté face au pouvoir - qu'on en soit la victime ou le détenteur) abordées avec un certain renouveau, un angle différent, ou plutôt des angles ; celui d'Ilya Borel, qui perçoit la communauté comme un bloc qu'elle n'arrive pas à percer et  sur lequel elle ne peut avoir qu'un un regard et une place extérieurs, et celui de Marit, qui y voit plutôt les individus se confondre en une masse, comme les insécables d'un tout. Leurs deux points de vue s'opposent, mais les deux sont défendables et compréhensibles, ce qui est selon moi un élément clé dans la réussite d'une telle œuvre, et que beaucoup semblent oublier. Le tout avec tout de même une certaine sobriété que permet le support du contexte, et qui le rend plus accessible que certains trips philosophiques indigestes qu'on trouve souvent dans les essais ou les satires.
   Donc une franche réussite, et je n'ai parlé que des grandes lignes mais il y a plein d'autres détails intéressants (le jeu de Marit avec le public, la critique d'un système qui donne une illusion de droit et de liberté au peuple, la démocratie évoquée à travers ses défauts (alors qu'elle nous est pratiquement TOUJOURS présentée comme la solution ultime), ou même le caractère de Marit).
   J'adore ce que tu écris parce que ça fait réfléchir à chaque fois, et de manière assez intelligente pour ne pas tomber dans certains travers faciles et démagos. Tu proposes des opinions très différentes voire opposées, mais avec une véritable équité, qui permet de se questionner sincèrement sur les failles et les raisons de chacune, et parfois tu présentes des choses tellement abstraites mais d'une telle façon qu'elles nous apparaissent comme évidentes, un peu comme un vulgarisateur scientifique, sauf que là en plus tu nous donnes du grain à moudre et il y a matière à penser.

   Enfin, voilà, je ne sais pas comment tu fais mais surtout il faut que tu continues Wink

_________________
« Je ne sais pas si j'ai déjà atteint les deux grammes, mais ma béatitude est immense. »
- Onde et Particule
Revenir en haut Aller en bas
D.A.M.
Plume Dorée
Plume Dorée
avatar

Masculin
Verseau Chien
Nombre de messages : 1316
Age : 23
Localisation : Loin dans le ciel aux commandes d'un navire doté de montgolfières en guise de voiles
Emploi/loisirs : Tailler une figure de proue tandis que mon vaisseau pourfend les nuages
Humeur : Larguez les amarres et gare aux avions !
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Critique de "Le roi des loirs"   Ven 3 Mar - 23:22

Elfride a écrit:

Citation :
DIONNE - Tu peux rester détacher de tout si tu veux, il se passe des choses à l’extérieur de ton petit monde qui nécessite ton attention.
=> détaché

Oui, et puis nécessitent aussi. Bon, j'ai pas lu le reste après, je voulais juste pointer ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-puits-sans-fond-de-limagination.e-monsite.com/
Jarred
Plume Dorée
Plume Dorée
avatar

Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 1145
Age : 5
Localisation : Je sais pas trop en fait... quelqu'un pourrait venir me chercher ?
Emploi/loisirs : Faire des trucs
Humeur : Je suis né après ma date d'inscription
Date d'inscription : 10/09/2011

MessageSujet: Re: Critique de "Le roi des loirs"   Ven 3 Mar - 23:36

Merci beaucoup Elfride. C'est du sucre pour l'esprit de lire de tels propos sur sa pièce et j'y prends énormément de plaisir, donc vraiment merci à toi. Une oeuvre devient vraiment vivante quand elle est lu et quand on peut en parler, donc je suis ravi que tu m'en entretiennes en ces termes et qu'elle t'ai plu ! Je vais revoir comme d'habitude toutes les erreurs et je relis d'ores et déjà toutes tes remarques que je trouve truculentes !
J'aime comment tu soulignes l'opposition entre Marit et Ilya, c'est un point vraiment majeur de l'histoire, donc rien à dire dessus =)


PS: merci à toi aussi DAM pour ta participation x)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critique de "Le roi des loirs"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critique de "Le roi des loirs"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Harmut, Rosa] Accelération, une critique sociale du temps
» Critique pour "Mystères et Mauvais Genres" Collectif *
» #1 - Critique "Los Bastardos"
» photo critique
» L'esprit de la critique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des jeunes écrivains :: Les écrits, brouillons ou oeuvres d'art de nos membres :: Critiques-
Sauter vers: